Recevez nos nouveautés et nos offres en vous inscrivant à notre newsletter
   

Recherche rapide

06 20 26 92 55

de 10h00 à 20h00

 Le poisson : lithographie signée Salvador DALI 

» La vitrine Française : Le musée de la rue
Exporter en pdf  Exporter en pdf


LA VITRINE FRANCAISE OU LE MUSEE DE LA RUE

 

 

Galeries Lafayette, 40 Boulevard Haussmann, 75009 Paris

Vitrine des Galerie Lafayette boulevard Haussman à Paris

 

 

Les vitrines font partie intégrante d’un commerce. Elles sont l’image, l’avant-goût, la promesse donnant envie d’entrer. Elles ont évolué avec le temps grâce à l’arrivée de l’électricité, l’aménagement des routes et des trottoirs, mais aussi grâce aux technicités permettant de faire des vitrines en verre plus transparentes et plus grandes. C’est à la fin du XIXe siècle que les vitrines prennent la forme de celles que nous connaissons aujourd’hui. 

 

Paul Poiret, couturier connu pour l’audace de ses créations, est le premier à donner le ton en 1925 après l’Exposition des Arts décoratifs,présentant des vitrines scéniques bien différentes de ce qui se fait à l’époque. Puis c’est au tour de l’Union des commerçants du Faubourg St Honoré en 1933 de reprendre le concept en organisant le premier concours d’étalage. Ce concours prendra ensuite le nom de "grande semaine", sorte de festival consistant à exposer, durant une semaine, une vitrine artistiquement agencée selon des thèmes bien définis (La rue des légendes en 1935, Un voyage autour du monde en 1936...). Pour capter l'attention des passants, les grandes marques vont solliciter des artistes et des décoratrices comme Annie Beaumel ou Janine Janet. Les vitrines des grandes artères parisiennes (Boulevard Hausseman, Faubourg saint Honoré, L'avenue Georges V...) vont devenir l'ecrin de ces créations et transformer ainsi la rue en musée.

 

 

 

          

 

 

 

Les années 50 et 60 marquent le début de la société de consommation. Le nombre de boutiques se développent et les grands magasins comme Le printemps ou les galeries Lafayette se positionnent principalement sur les marques de mode, de luxe et de beauté.

 

Techniques marketing et la publicité

 

 

Le Printemps est une entreprise française exploitante de grands magasins qui se positionne principalement sur des marques de mode, de luxe et de beauté. Le Printemps est également l'un des leaders français des listes de mariage.

 

 

 

Dans un monde d’après-guerre, les vitrines deviennent des sujets de création libératoire permettant de s’évader quelque peu en donnant des représentations à la fois éphémères et permanentes dans les rues. 

 

 

Entre 1950 et 1960, Paris est la capitale de la mode, les vitrines deviennent alors fantaisies et œuvres d’arts avec l’essor des grands magasins et des boutiques de luxe (haute couture française, maroquinerie, parfumeries).  

 

Les étalagistes travaillent autant pour les grandes maisons telles que Balenciaga, Nina Ricci ou encore Hermès, que pour le monde du prêt à porter, comme Emeraude et Chantelle. Plusieurs artistes pratiquent cette discipline de façon ponctuelle, comme Salvador Dali pour les galeries Lafayette, quand d’autres en font une vocation comme Annie Beaumel pour la maison Hermès ou encore Janine Janet pour Henry à la Pensée et Houbigant.

 

Les rues parisiennes deviennent musée à ciel ouvert en exposant les œuvres d’arts des grandes marques, mélangeant leurs produits aux fruits de l’imagination artistique. 

 

 

 

 

 

 

L’administrateur du site est actuellement en ligne! Discuter - posez vos questions à l’administrateur du site